Netino modère les débordements du Web social

Netino permet aux sites de presse et de média de se défaire de la modération des contributions des Internautes pour se concentrer sur leur cœur de métier.
netino

Le Web social s’est concrétisé par la création d’espaces d’échange autour des contenus en ligne: Les commentaires, blogs, chat, forums, pages Facebook… La mise en place de tous ces espaces de dialogue représente une aubaine pour l’Internaute qui peut maintenant s’exprimer sur tous les sujets, et influencer les autres Internautes en apportant son opinion dans la discussion.

Tous les grands titres de presse ont intégré des espaces de dialogue sur leurs sites. Les chaînes de télévision proposent à leurs audiences de se retrouver sur leurs propriétés en ligne pour consommer du contenu ET partager leurs impressions via des espaces dédiés. Chaque jour, des milliers d’Internautes profitent de ces outils. Mais comment est gérée la modération de ces milliers de messages quotidiennement publiés? Qui s’occupe de bloquer les contenus haineux, pornographiques, diffamatoires ou les actes de vandalisme? Qui garantit la protection des propriétaires de sites face à leurs utilisateurs?

netino

Netino est une entreprise française créée en 2002 qui propose de sous-traiter la modération des messages publiés dans les espaces de dialogue. Le fonctionnement est relativement simple: le client, disons LePost.fr, fournit une charte qui renseigne Netino sur le type de contributions tolérées et celles intolérables sur LePost.fr. Ensuite, Chaque fois qu’un Internaute publie un message sur LePost.fr, celui-ci est envoyé vers le modérateur Netino pour être publié sur LePost.fr si approuvé.

Netino modère entre 1 et 3 millions de contributions par mois.

Chez Netino, la modération n’est pas complètement automatisée: dans un premier temps, un logiciel, Moderatus, mouline les flux de messages entrants afin de porter une première appréciation qualitative sur chacun d’eux. A la suite de ce premier filtrage, une équipe de modérateurs analyse un-à-un les messages afin d’en vérifier la conformité avec la charte établie par le client. Etape suivante, ces messages sont acheminés vers une deuxième couche de modérateurs. Ce processus permet à partir d’une forte dissonance entre le verdict de deux modérateurs de détecter les messages problématiques les plus subtiles. Netino met également les Internautes à contribution en leur permettant de signaler des contenus abusifs sur une forme comme celle-ci.

Parmi ses clients, Netino compte Le Monde, LePost, Le Nouvel Obs avec Challenge, La Tribune, France Soir, France 24, Public Sénat, M6, M6 Mobile, NRJ, Canal+, Wikio/Over-blog, Seloger.com, Jedessine.com…

Grâce à des bureaux éparpillés aux quatre coins du monde, Netino fournit un service non-stop à ses clients, 24/24 et 7/7. Netino propose également ses services en anglais, italien, espagnol, allemand, arabe. Netino ne se limite pas à la modération de messages écrits, et propose aussi à ses clients de modèrer leurs vidéos, les avatars de leurs utilisateurs, les pseudonymes…

Netino connaît une forte croissance depuis que les réseaux sociaux ont percé en France. Pour les sites de presse et de média, se défaire de la modération des contributions des Internautes est essentiel pour pouvoir se concentrer sur leurs coeurs de métier. Vu qu’aux yeux de la loi, ce sont in fine les propriétaires de sites les responsables des contenus publiés par leurs utilisateurs, un service comme Netino ne fait pas qu’amenuiser les dissidences au sein des espaces de dialogue: Celui-ci apporte également une tranquilité juridique vis-à-vis d’une force externe que les sites de presse et de média s’efforcent d’intégrer en interne, les contributions des Internautes.

RWW part à la ren­contre de l’innovation française en par­te­na­riat avec l’OpenCoffee France. L’OpenCoffee orga­nise des rencontres heb­do­ma­daires sur Paris (plus d’information sur leur site) pour les entre­pre­neurs des nou­velles tech­no­lo­gies. RWW sera pré­sent une fois par mois pour réa­li­ser des entre­tiens et vous faire par­ta­ger les projets français de cet écosystème.