Au fur et à mesure de son évolution, l’intelligence artificielle constitue un enjeu de taille pour l’avenir de l’humanité. Les hommes se sentent menacés et une incertitude s’établit quant à leur utilité dans plusieurs secteurs d’activités. Les machines robotiques présentent cette caractéristique de la maîtrise et du savoir-faire, dépassant les capacités classiques de l’être humain. D’ailleurs, il serait envisageable de voir l’intelligence artificielle se développer d’elle-même jusqu’à atteindre une forme toujours plus puissante.

Plus grave encore, il devient aujourd’hui difficile de déceler si l’on est en présence d’une intelligence artificielle ou d’un être humain. Le développement de la technologie rend la distinction de plus en plus complexe. Au téléphone, il devient difficile de dire si l’interlocuteur au bout du fil est un homme ou un robot programmé.

L’intelligence artificielle anti- intelligence artificielle

Développé par une équipe de chercheurs australiens, un prototype de détecteur anti-IA vient d’être réalisé. Il s’agit d’un modèle portable. Le but de ce détecteur d’intelligence artificielle est d’identifier si la voix entendue par un utilisateur dans un discours synthétique est celle d’un être humain et de le prévenir dans le cas contraire. Pour ce faire, il a recours à un réseau neuronal, entretenu par le logiciel d’apprentissage de machine de Google : le Tensorflow. Une fois activée, le détecteur anti-IA est en mesure de capturer la voix entendue dans un appareil et procède à son envoi dans ce réseau neuronal. Si le dispositif décèle la présence d’un humain réel dans la voix, il affiche un code vert. Par contre, s’il s’agit d’un programme, l’homme sera averti de la présence d’un clone numérique.

anti ia analyse modele
L'actu qui marque notre entrée dans l'ère du tout digital.

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)