Après l’avènement des robots humanoïdes et les différents matériels de plus en plus performants qu’on retrouve sur le marché, les chercheurs ont mis au point l’Animatronique : le robot qui s’infiltre dans le monde animal pour aider à protéger les espèces menacées d’extinction.

Un autre regard sur le monde animal

Généralement, pour connaître la vie des animaux, les réalisateurs de documentaires ont toujours eu recours à des caméras équipées d’objectifs très performants. En effet, en présence d’objets suspects, les bêtes sauvages ont tendances à fuir. Aussi, pour réaliser un film d’un nouveau genre sur le monde animal, la BBC a eu l’idée de tester l’animatronique de John Nolan. Grâce aux caméras intégrées de ces robots en forme d’animal qu’on introduit directement sur leurs territoires, les êtres vivants ont moins d’appréhension et ne sont pas sur leur défensive. Avec la performance et la proximité immédiate de ces robots avec les animaux, la chaîne anglaise a pu réaliser l’un des meilleurs films du siècle sur le monde animal.

Un plus pour la science

Face à l’évolution du climat et de la dégradation de l’écologie, il est intéressant de savoir comment les animaux peuvent faire face aux changements dans leur milieu. C’est la raison pour laquelle, après le succès du fameux documentaire de BBC, certains scientifiques pensent utiliser l’animatronique pour booster leurs recherches sur le monde animal. Pour commencer, ils expérimentent ces robots pour étudier le comportement des pingouins. La réalisation de ces machines n’est pas aussi simple. En effet, pour qu’ils soient réalistes, ils doivent s’adapter aux rythmes des animaux qu’ils sont censés copier. Ce qui fait que jusqu’à présent, les chercheurs sont en train d’étudier les solutions pour que ces nouveaux nés de la technologie puissent courir.

Animatronique, mode d’emploi

Pour concevoir un animatronique, il faut dessiner la bête à copier sur un logiciel de traitement d’image et faire en sorte qu’il soit le plus réaliste possible. Donc les détails comptent énormément. Ensuite, on imprime le résultat sur une imprimante 3D et on le découpe à l’aide d’une fraiseuse. Le robot est composé de divers matériaux comme le plastique, la silicone, l’acier et la mousse de latex pour obtenir le côté naturel au toucher. Les caméras sont implantées sur ses yeux. Afin de pouvoir commander facilement ses gestes sur de longues distances, le matériel est doté de puissants émetteurs et récepteurs. Cet outil va révolutionner les conceptions qu’a la société sur les animaux, en vue de déterminer la meilleure façon de les protéger.

L'actu qui marque notre entrée dans l'ère du tout digital.
ACTU SUIVANTE

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)