Cinq nouveautés technologiques pour 2020

Presque un mois après avoir commencée, l’année nous réserve encore de nombreuses surprises. Même si les vacances sont finies et nous avons repris nos activités habituelles, une sensation de nouveauté semble demeurer. En effet, les nouvelles technologies transforment notre vie quotidienne de plus en plus vite et 2020 nous apportera des innovations comme nous ne l’avions jamais imaginé auparavant. Voici quelques-unes des plus curieuses.

1. Les portables se plieront comme des origamis 

L’année dernière, Samsung, Motorola et Huawei, entre autres compagnies, ont lancé leurs modèles de portables pliants. Naguère, cette première génération était loin de la perfection : des écrans cassés, des problèmes de compatibilité logicielle et des prix peu accessibles ont été quelques problèmes rencontrés par les responsables de ces nouvelles tournures. Mais que personne ne s’inquiète : en 2020, la deuxième génération de portables flexibles sera prête à plaire à un public qui exige de plus en plus d’espace d’écran, sur les téléphones aussi bien que sur les tablettes et les ordinateurs. Des écrans malléables seront également incorporés à d’autres types de surfaces, d’après l’avis des experts, notamment des appareils pour la maison, des haut-parleurs et des horloges de table, comme le frigidaire Family Hub 4.0 de Samsung, ou l’enceinte JBL LINK View.

2. Les voitures se conduiront seules

2020 sera l’année des voitures sans conducteur. Cette technologie pourrait permettre de réduire les décès sur la route, attribués dans un 90% aux erreurs humaines, et d’élargir les options de mobilité pour les personnes âgées, handicapées ou qui incapables de conduire pour une raison quelconque. Des entreprises telles que Tesla, Alphabet et Waymo mettent aujourd’hui l’accent sur la sécurité, après que plusieurs tests de véhicules autonomes aient entraîné des accidents l’année dernière. Dans le cas de l’Europe, une difficulté supplémentaire repose sur les routes, qui sont plus étroites et plus anciennes que celles des États-Unis. Malgré cela, les véhicules autonomes approchent nos vies à une grande vitesse : cet octobre dernier, la société britannique Ford Mondeos a réalisé un essai réussi en lançant un modèle équipé de la technologie d’Oxbotica qui a circulé sur les voies publiques autour du parc Olympique à Stratford. En 2020, le service de taxi autonome sera lancé par la compagnie de taxi britannique Addison Lee. Entre-temps, les lois devront être adaptées aux nouveaux paradigmes : les efforts gouvernementaux seront indispensables pour que l’infrastructure et la société puissent suivre le train de la technologie.

3. Les robots écriront les actus

Le développement de l’intelligence artificielle sera sans doute un des points clés de cette année. Le robot citoyen Sophia, un gynoïde activé en Chine qui peut établir une conversation fluide avec un être humain, répondre aux questions ainsi que dessiner, est un exemple intéressant du développement dans ce terrain. En devenant plus intelligent à chaque année, l’automate pose des questions autour des limites des IA. Ce type d’exemples sont la preuve du niveau de sophistication atteint par les intelligences artificielles dans ces derniers temps. Désormais, il n’y a plus de marche à rebours : bientôt les machines prendront le relais des caissiers, réceptionnistes, chauffeurs de taxi, mineurs et pompiers, en plus de réaliser des tâches plus complexes, telles que la collecte et l’épandage nouvelles. En effet, BBC a couvert les résultats de la dernière élection dans le Royaume Uni grâce à son programme de journalisme automatisé ; cette tendance augmentera en 2020, surtout pour les histoires basées sur des chiffres, même si les journalistes ont seulement un 11% de risque d’être remplacés par des robots selon la page Will Robots Take My Job ? En tout cas, tout semble indiquer que l’année prochaine sera une bonne année de travail pour les machines. Cela laissera aux humains plus de temps à consacrer aux arts… et, bien sûr, à l’ingénierie.

4. Nous aurons des puces dans le cerveau

Les scientifiques de la société Intel cherchent le moyen de lire les ondes du cerveau humain afin de rendre plus confortable l’utilisation des ordinateurs, des téléviseurs et des téléphones portables. Grâce à un capteur implanté dans le cerveau, les utilisateurs pourront se passer du binôme clavier / souris. Ils seront en mesure de « surfer sur le Web avec la puissance de leurs pensées », suivant l’expression du chercheur Dean Pomerleau. Ces implants serviront aussi à la récupération des mouvements et de la parole des personnes souffrant paralysie, aphasie ou un autre type de handicap cérébral. La corporation demande l’approbation du gouvernement américain pour faire des tests avec des êtres humains en 2020. À long terme, cela pourrait mener à une symbiose entre l’esprit humain et l’intelligence artificielle.

            Intel n’est pas la seule entreprise intéressée à élargir les possibilités du corps et de l’esprit humains. Le concept d’Internet des Corps, ou IdC, est né en janvier 2019 aux États Unis pour discuter les termes juridiques et sociaux dans lesquels le corps humain peut devenir une plateforme connectée à plusieurs réseaux et appareils. Cela peut se produire de façon externe ou interne, via des appareils qui peuvent être connectés, implantés ou ingérés par l’homme, ce qui comprendrait, par exemple, des lentilles de contact intelligentes, des pilules de chimiothérapie numérique et d’autres appareils médicaux. Bien sûr, les utilisations de l’IdC ne sont pas limitées au domaine de la santé : elles pourront également être appliquées dans le domaine professionnel, ce qui fait que les préoccupations concernant la sécurité et la protection de la vie privée soient plus fortes que jamais. En tout cas, il va falloir se préparer, car 2020 s’annonce comme une année de science-fiction !

5. Facebook lancera sa propre monnaie

Libra, la crypto-monnaie ou « monnaie mondiale » développée par Facebook sera finalement lancée ce 2020. Inspiré de systèmes tels que le Bitcoin, ce projet avait été annoncé en octobre 2019 dans un document adressé à la Chambre des représentants américaine. Mark Zuckerberg a déclaré qu’il s’agit d’une initiative visant à créer une plus grande inclusion financière et à autonomiser des milliards d’adultes qui n’ont pas de compte bancaire. Il a également signalé que les données des utilisateurs ne seront pas vendues ni utilisées pour faire du marketing. La monnaie sera en charge de l’association à but non lucratif Libra Association, composée de 20 entreprises en plus de Facebook, et sera soutenue par une réserve de dollars, de livres, de yens et de dollars de Singapour. De son côté, la Banque de Chine a également révélé son intérêt pour développer une monnaie numérique aux caractéristiques similaires. De même, l’Iran, la Russie, le Venezuela et la Corée du Nord semblent travailler sur leurs propres versions de crypto-monnaie, ce qui représenterait un défi au blocus économique imposé dans ces pays par les États-Unis. Les détracteurs de Libra ont mis le doigt sur le risque que cette plateforme pourrait représenter vis à vis le système monétaire international, ainsi que sur le fait qu’elle puisse être utilisée pour blanchir de l’argent. Cependant, Zuckerberg semble déterminé à montrer au monde que l’avenir est au coin de la rue: cette année, personne ne pourra ignorer la réalité, de plus en plus tangible, des crypto-monnaies.

Source de l’image : gettyimages.fr

Laisser un commentaire