L’Europe pourrait adopter un chargeur universel pour les portables

En session du jeudi 30 janvier 2020, les membres du Parlement européen ont voté 582 voix contre 40 pour trouver une solution universelle à la charge des appareils portables. La résolution demande à la Commission européenne (CE) d’harmoniser tous les différents types de chargeurs pour les mobiles et autres appareils électroniques dans l’UE, afin qu’ils soient compatibles entre eux.

Ceci permettrait que les dispositifs pourraient toujours utiliser des ports différents, tout en « découplant » la vente d’un chargeur de celle d’un nouvel appareil mobile, et d’encourager les consommateurs à réutiliser ceux qu’ils possèdent déjà.

Cette mesure est censée libérer aux consommateurs européens d’acheter de nouveaux chargeurs pour chaque nouvel appareil, ainsi qu’elle cible à une réduction importante des déchets liés aux câbles et prises devenus obsolètes. D’après les données européennes, chaque année les chargeurs génèrent 51 000 tonnes de déchets, tandis que la quantité totale de déchets électroniques dans l’UE a atteint 12,3 millions de tonnes métriques en 2016, soit 16,6 kilogrammes par habitant.

C’est ainsi que la résolution se trouve dans le cadre du pacte vert européen qui vise à réduire l’empreinte de « la production et la consommation de l’Union » en privilégiant « l’efficacité des ressources, une pollution nulle et la réduction des déchets ». De même, la nouvelle ordonnance permettrait aux consommateurs de participer pleinement à un marché intérieur efficace.

Les parlementaires font campagne pour une norme commune depuis une dizaine d’années, mais ce ne fut jusqu’en 2014 qu’une première démarche de la CE a été proposée. Cependant, cette approche, qui visait qu’a « encourager » les industries à trouver une solution universelle plutôt qu’à la normer, « n’a pas répondu aux objectifs des co-législateurs » dans la mesure où les accords n’ont pas abouti à une solution commune, d’après le communiqué du Parlement.

Toutefois, les députés ont reconnu que les accords précédents ont permis de réduire considérablement le nombre de types de chargeurs. Au début des négociations, en 2009, il y avait « plus de 30 solutions de chargement ». De même, une partie importante des câbles de charge propriétaires étaient accolés à leur prise, ce qui voulait dire que l’adaptateur n’avait aucune utilité au-delà de l’appareil dont il était fourni, le rendant facilement inutile et donc jetable.

La résolution ne spécifie pas la norme à suivre. C’est la CE qui est censée en proposer une solution d’ici à la fin juillet 2020. Cependant, les ports de chargement proposés comprennent le micro-USB, l’USB-C et le connecteur Lightning ; les 3 types utilisés par les dispositifs mobiles modernes, ce dernier étant propriété du géant informatique Apple.

Désormais, la compagnie américaine équipe la plupart de ses iPhones avec des prises de charge munies d’un port USB-A pour leurs câbles Lightning. En revanche, la plupart des téléphones et tablettes de moyenne et haute gamme hors Apple, ainsi que de plus en plus d’ordinateurs portables, sont livrés avec un chargeur doté d’un port USB-C. D’autres appareils sont toujours chargés à partir de l’USB-A et micro-USB.

Dans ce procès, Apple s’est montré à plusieurs à la défense de l’exclusivité de ses équipements et accessoires. L’an dernier, lorsque l’initiative se débattait toujours, la firme américaine s’est adressée directement à la Commission en argumentant à faveur de la non régulation des connecteurs. « Une telle initiative générerait des déchets supplémentaires dû à l’abandon d’anciens chargeurs, en plus d’être perturbatrice pour les clients », lit le communiqué d’Apple Inc, daté du 31 janvier 2019.

En effet, bien qu’Apple offre déjà un câble Lightning – USB-C, la nouvelle résolution pourrait signifier que la plupart des câbles Lightning existants, ainsi que les connecteurs USB-A ou micro-USB, auraient besoin d’un adaptateur pour être utilisés avec les nouveaux chargeurs universels. D’après la firme de technologie, près d’un milliard de dispositifs de la marque ont été livrés avec un connecteur Lightning, tout comme plus d’un million d’accessoires destinés aux produits Apple. La génération d’un volume sans précédent de déchets électroniques est donc très possible.

Ceci dit, la compagnie de la pomme pourrait facilement passer ses adaptateurs à la nouvelle technologie. Depuis 2018, les modèles de l’iPad Pro et les Macbooks d’Apple sont chargées par USB-C, ainsi que l’iPhone 11 Pro Max, son smartphone du plus haut de gamme, est livré avec un adaptateur de ce type de connexion.

Ces mesures récentes signalent que l’entreprise a déjà commencé à migrer ses offres de connectivité en correspondance à l’adoption progressive de l’USB-C. Le communiqué d’Apple réaffirme ce changement, en stipulant qu’avec « l’émergence de l’USB Type-C, nous nous sommes engagés aux côtés de six autres entreprises à ce que tous les nouveaux modèles de smartphones adhèrent à cette norme par moyen de différents connecteurs ».

L’autre grande inquiétude de la société américaine est une possible nuisance des démarches innovatrices au sein des compagnies technologiques. « Les réglementations qui visent à rendre obligatoire le type de connecteur intégré dans tous les smartphones freinent l’innovation plutôt que de l’encourager », continue l’écrit.

Avant 2009, la Commission envisageait d’exiger que tous les smartphones utilisent uniquement des connecteurs USB Micro-B, ce qui aurait probablement limité l’arrivée de l’USB Type-C. Même si l’approche volontaire de la Commission n’a pas homogénéisé le type de connecteur utilisé, le marché des appareils est passé de 30 chargeurs à 3, tout en favorisant l’adoption d’un nouvel standard progressivement.

« Nous espérons que la Commission continuera à rechercher une solution qui ne limite pas la capacité de l’industrie à innover et à apporter de nouvelles technologies intéressantes aux clients », finit le communiqué d’Apple

Dans la résolution, les parlementaires appelaient aussi à un recyclage accru des chargeurs obsolètes. De même, dans une perspective à l’avenir, les députés européens ont déclaré qu’ils souhaitaient que la CE veille à une adoption rapide des chargeurs sans fil, et que ceux-ci soient interopérables avec les différents appareils mobiles.         

Les nouvelles règles devraient être adoptées d’ici juillet, date limite pour que la Commission présente ses résultats.

Source de l’image : ebay.es

Laisser un commentaire