Élections municipales : Anne Hidalgo en tête pour la Mairie de Paris

La candidate de l’alliance entre le Parti Socialiste et Europe Écologie Les Verts, a été réélue à la Mairie de Paris par une grande marge.
Anne Hidalgo, à la Mairie de Paris.

Marqué par ce que plusieurs analystes nomment déjà une vague « verte » de victoires pour les candidats écologistes, le second tour des élections municipales en France s’est déroulé ce dimanche 28 juin, et Paris n’a pas été l’exception de cette tendance.

Anne Hidalgo, candidate de l’alliance entre le Parti Socialiste et Europe Écologie Les Verts, a été réélue à la Mairie de Paris par une grande marge, ayant obtenu près du 50% des votes dans cette ville. Lors du premier tour des élections, à la mi-mars, Mme. Hidalgo n’avait eu que le 30% de la préférence.

Les premiers rapports comptent 48,9% des voix pour l’actuelle maire de Paris, pendant que son plus proche rival, le candidat de Les Républicains, Rachida Dati, en a obtenu le 35,6%. Agnès Buzyn, l’option de La République en Marche aux élections n’a convaincu que le 13,6% des électeurs.

À l’issu des résultats, Anne Hidalgo a réuni ses partisans face à l’Hôtel de Ville pour donner un discours de victoire court dans lequel elle remercia les votants qui s’étaient rendus aux urnes malgré les circonstances exceptionnelles de la crise sanitaire.

« Vous avez choisi l’espoir, vous avez choisi le rassemblement. Vous avez choisi un Paris qui respire … une ville plus solidaire qui ne laisse personne sur le bord du chemin », assura-t-elle à son audience. Lors du message, la candidate élue a aussi voulu saluer ses rivaux et les invita à travailler ensemble « malgré nos différences ».

En 2014, la candidate socialiste est devenue la première femme à occuper le poste dans l’histoire de Paris. Deux années après, elle a été mise sur le carreau lorsqu’elle décida de fermer les voies sur berge de Paris à la circulation motorisée.

À ce moment-là, 3,3 kilomètres de chaussée ont été réaménagés pour la mobilité piétonne au déplaisir de plusieurs, notamment des membres de l’opposition qui fustigèrent l’administration de Mme Hidalgo pendant plusieurs mois à ce sujet. Son image politique affaiblie par la polémique, les analystes n’estimaient pas que la maire puisse reprendre un élan vainqueur pour la réélection à l’horizon 2020.

Cependant, quatre ans après son inauguration, le Parc des rives de Seine connaît un succès difficile à nier et Mme Hidalgo se voit à nouveau devant le gouvernement de la capitale pour une nouvelle période.

Avec la candidate du PS/EELV au pouvoir, d’autres mesures écologistes comme celle prise aux marges de la Seine sont attendues, de plus qu’en préparation de son nouveau projet de mandat, la maire s’est engagée dans un programme signé en commun avec le chef des écologistes, David Belliard. À ce sujet, Anne Hidalgo a déjà annoncé que des politiques similaires, comme les voies à 30 km/h et le contrôle de la pollution sonore, feront partie des axes d’action de sa prochaine période à la Mairie.

Parallèlement à la victoire d’Anne Hidalgo, l’EELV a remporté une trentaine de communes partout dans la France. D’après le secrétaire national d’EELV, Julien Bayou, les résultats seraient « historiques » dans les 40 ans d’histoire politique des écologistes.

Source de l’image : leparisien.fr