Un drone de confinement

drone livraison nourriture

La crise du covid-19 serait-elle en train d’accélérer l’adoption du drone de livraison à domicile ? Avec son test de livraison de pizzas sur la côté néerlandaise, Domino’s Pizza surfe le buzz de l’inéluctable invasion des robots livreurs dans notre vie quotidienne. La période de confinement aura vu des livraisons alimenaires en tout genre se développer avec l’aide des drones : Livraisons de bières, de café, de chips, …

En France, comme le rappelle Boursorama, la livraison en milieu urbain est encore trop complexe à intégrer (loi de 2012), mais la solution de livraison par drone peut d’ors-et-déjà être déployée dans les plus petites villes et les campagnes (ce que fait déjà la société Wing dans certains pays). Les tests effectués par La Poste dans le Var ont été une réussite jusqu’à ce que le drone de test disparaisse des radars du jour au lendemain.

Aux États-Unis, pour faire face à la fermeture des bibliothèques universitaires, Google a mis en place un serice de livraison des livres aux étudiants par drone.

Il faut dire que si les drones sont une des solutions de livraison à domicile, les véhicules autonomes en sont une autre. ette semaine, Amazon vient de mettre la main à la poche pour racheter la startup vouée à développer ses propres véhicules autonomes, Zoox. Amazon est pourtant bel-et-bien le constructeur de l’utopie d’un futur boosté à la livraison à domicile par des robots autonomes. Mais le drone n’est effectivemment pas le seul véhicule à pouvoir acheminer un objet d’un point A à un point B de manière autonome, et un véhicule au sol aura l’avantage de pouvoir porter de plus lourds colis, sans parler du risque latent d’avoir des drones volant en permanence au-dessus des zones d’habitation. Comme le rappelle Florence Berthelot, déléguée générale de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR), les drones suscitent des réserves car « ils sont limités en capacité d’emport et posent des problèmes de sécurité en zone dense ».

Avec la crise du covid-19, le fameux last mile de l’acte d’achat s’est dramatiquement étiré. Les drones constituent le vecteur technologique évident pour connecter les marchés avec les foyers. Si donc il existe encore des noeuds législatifs dans l’adoption massive du drone de livraison, il est maintenant de la responsabilité des gouvernements de la pandémie de débloquer les mesures nécessaires à la relance économique. En robotisant le last mile avec des drones, on répond à la crise sanitaire tout en relançant l’économie.

Laisser un commentaire