Apple M1 dépasse déjà les chips Intel des Macbook

Les premiers résultats des tests de performance pour les processeurs Apple M1 sont là et ce ne sont pas des bonnes nouvelles pour Intel. Récemment dévoilés, les M1 ont largement dépassé les scores des puces Intel actuellement installées dans les appareils Mac.

Les chiffres de performance enregistrés indiquent que les Macbook Air dotées de la puce M1 seraient plus puissantes que toutes les Macbook Pro 16 pouces, la version de plus haute gamme des laptop Apple. Pour certains analystes, les nouvelles plaques sont désormais les chips les plus puissants disponibles dans le marché des ordinateurs portables.

Présentés mardi 10 novembre lors du dernier grand évènement Apple de l’année, les puces M1 vont équiper l’intégralité des futurs Macbook et Mac mini de la marque américaine d’ici 2022.

Plus rapprochés aux processeurs des iPhone, iWatch et iPads, les plaques sont en fait une variation des chips A14 Bionic installés dans les iPhones 12, dotées davantage de cœurs et optimisées aux besoins de calcul pour macOS. Avec cette nouvelle stratégie, la marque de la pomme tient à harmoniser les architectures de traitement entre ses appareils mobiles et ses ordinateurs, un mouvement qui rentre dans la même logique du rapprochement progressif entre macOS et iOS. À ce sujet, Apple assure que macOS Big Sur a été conçu pour une intégration optimale avec les puces M1.

Les plaques furent nommées des « systèmes sur une puce » (« system on a chip » ou SoC) dans la mesure où elles intègrent plusieurs blocs de calcul et de contrôle sous un même enclos. Au sein des M1 abritent les 8 cœurs du processeur, 8 cores pour le traitement graphique, des blocs pour machine learning, et le Neural engine d’Apple, le tout articulé par une mémoire unifiée. Le chip contient aussi un processeur de signal d’image (ISP) propriétaire, un bloc de sécurité, des moteurs d’encodage et de décodage et des contrôleurs de stockage et de Thunderbolt / USB 4.

À l’intérieur du CPU, la moitié des cœurs sont dédiés à la performance énergétique pendant que le reste est réservé pour les demandes de haute performance. D’après Apple, ceci permet que l’efficacité en matière d’énergie soit trois fois plus importante sur les M1 que sur les anciens chips Intel, ce qui permettrait également de doubler l’autonomie des dispositifs. La compagnie indique que les nouvelles puces ne consomment que 10W.

Pour sa réalisation, Apple a recruté les services de ARM, compagnie britannique responsable des micro-processeurs des iPhone depuis 2010, et de du taiwanais TSMC, ce qui leur a permis de construire une plaque de 16 milliards de transistors gravés en technologie de 5 nanomètres.

Les tous nouveaux micro-processeurs marquent aussi la fin des relations entre Apple et Intel, collaborateurs depuis 2005 et désormais compétiteurs directs dans le marché des processeurs. Le partenariat fut terminé en été 2020, lorsque Apple annonça la migration de tous ses ordinateurs à l’architecture ARM.

Jadis le leader indiscutable des puces pour les ordinateurs Windows ainsi que pour les Mac, Intel est désormais confronté à un renouvellement des forces de AMD et ARM.

Source de l’image : apple.com

Laisser un commentaire